Articles

APM International - Mouvement social dans les hôpitaux: les fédérations santé CGT et FO furieuses des réponses du ministère

Imprimer
Catégorie : Revue de presse
Créé le samedi 12 novembre 2016

PARIS, 8 novembre 2016 (APM) - Les responsables des fédérations santé CGT et Force ouvrière ont dénoncé auprès de l'APM les réponses apportées par le ministère à la suite de la grève et du rassemblement organisés mardi pour dénoncer le manque de moyens des hôpitaux et la dégradation des conditions de travail des personnels.

Une délégation de l'intersyndicale CGT-FO-SUD santé sociaux, qui appelait à la grève mardi, a été reçue en fin de matinée par la directrice générale de l'offre de soins (DGOS), Anne-Marie Armanteras de Saxcé, et le sous-directeur des ressources humaines du système de santé à la DGOS, Mathias Albertone.

Cette rencontre a eu lieu au moment où se déroulaient une manifestation dans les rues de Paris et un rassemblement des personnels hospitaliers devant le ministère avenue Duquesne, à l'appel de l'intersyndicale ainsi que de nombreuses organisations d'infirmiers (qui avaient lancé un mot d'ordre distinct et ont été reçus séparément par des membres du cabinet de Marisol Touraine, cf APM NC6OGBUB1).

A 18 heures (et pour la journée entière), le taux de mobilisation de l'ensemble des personnels hospitaliers appelés à la grève était de 9,6% (y compris les personnels assignés), contre 8% le matin (cf APM SAN3OGC0SP), selon les chiffres transmis à l'APM par le ministère en fin de journée. S'agissant des personnels infirmiers, cette mobilisation était de 14,6%, a-t-il précisé.

Interrogés à la suite de la rencontre avec la DGOS, la secrétaire générale de la fédération santé et action sociale CGT, Mireille Stivala, et le secrétaire général de la fédération des services publics et des services de santé FO, Denis Basset, ont indiqué que leurs interlocuteurs n'avaient pas fait le même constat qu'eux sur le manque de moyens des hôpitaux et qu'ils leur avaient annoncé la mise en place d'un groupe de réflexion sur la qualité de vie au travail (QVT) et sur la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle.

Ce groupe sera mis en place la semaine prochaine par Marisol Touraine, ont précisé Denis Basset et Mireille Stivala.

Cette annonce représente "une véritable provocation", dénonce Denis Basset.

"C'est se moquer des personnels de croire que c'est en mettant en place un groupe de travail sur la QVT qu'on résoudra les problèmes des hôpitaux", affirme-t-il. "C'est un dialogue de sourds", déplore-t-il.

Cette annonce "n'est pas appropriée vu la hauteur de la mobilisation", confirme la responsable de la fédération CGT.

Elle indique que le personnel hospitalier a lancé mardi un "cri d'alarme pour dire que 'ça ne va plus'" et réclamer des effectifs plus importants et des moyens budgétaires "à la hauteur" des missions réalisées.

Bien que n'ayant pas encore les taux de participation, les syndicats estiment que le mouvement de mardi a été d'ampleur importante. Outre celui de Paris, des rassemblements ont eu lieu dans plus de la moitié des départements, souligne Mireille Stivala qui évoque une mobilisation particulièrement importante à Marseille, Toulouse, Lille ou encore à Grenoble.

L'intersyndicale CGT-FO-SUD santé sociaux a prévu de se retrouver mercredi.

FO souhaite qu'une nouvelle "initiative" soit prise très rapidement, marquée éventuellement par une manifestation d'ampleur nationale début 2017.

"Nous sommes dans la construction d'un mouvement qui s'inscrit dans la durée", souligne Mireille Stivala qui confirme l'idée d'une manifestation nationale mais avec une extension du mouvement à d'autres salariés.

Des moyens supplémentaires ont été accordés à l'hôpital (ministère)

Contacté par l'APM, le ministère a rappelé que des moyens supplémentaires ont été accordés à l'hôpital public (10 milliards d'euros de plus entre 2012 et 2017, création de 31.000 postes de soignants de plus depuis 2012), ainsi que des revalorisations salariales.

"Cependant l'hôpital se transforme, se réforme et se modernise, pour s'adapter aux nouveaux modes de prise en charge, à l'évolution des pratiques cliniques et diagnostiques, et aux attentes et besoins des patients, dans un cadre d'exigence budgétaire. Ces évolutions structurelles ont un impact sur les organisations de travail et doivent être accompagnées", assure-t-il.

Il indique que la ministre des affaires sociales et de la santé présentera "à la fin du mois de novembre" aux infirmiers et à l'ensemble des professionnels de santé, "une stratégie nationale qui déclinera des actions concrètes pour améliorer la qualité de vie au travail, en concertation avec les professionnels".

"Cette dynamique impulsée au niveau national visera à amplifier les politiques d'accompagnement du changement, à développer les espaces d'écoute et d'expression, à améliorer les conditions d'exercice professionnel, à renforcer la conciliation vie professionnelle-vie privée et à mieux dépister, prendre en charge et suivre les risques psychosociaux", souligne-t-il.

san-nc/ab/APM polsan

Friday the 15th. Copyright © 2008-2015 www.fo-hotel-dieu.eg2.fr - Tous droits réservés - mur@ton . Joomla 3.0 Template.