Articles

Les accusations ciblées de Force Ouvrière

Imprimer
Catégorie : Revue de presse
Créé le mardi 22 novembre 2011

Monsieur Métais est accusé d'avoir poussé au retrait de la Croix Rouge et de vouloir sacrifier et voler des emplois et des services au Creusot.


 

Ambiance, ambiance… Après la distribution des tracts samedi matin par la CFDT, la CGT et la CGC, c'est le syndicat Force Ouvrière qui, ce lundi après-midi, a organisé un coup de force au Creusot.
Ainsi que nous l'avions écrit, le syndicat avait symboliquement bloqué l'entrée principale de l'Hôpital. En présence de trois élus du Creusot, à savoir Serge Chevalier, Patrick Laureau et Yvon Puzenat, Murat Berberoglu a tenu un discours très incisif .


Il a débuté son intervention en déclarant que FO a demandé à rencontrer le Préfet de Saône-et-Loire pour lui faire part des inquiétudes des hospitaliers quant au devenir de l'Hôtel-Dieu et des menaces qui pèsent sur lui. Une rencontre qui, si elle n'était pas satisfaite, conduirait FO à bloquer les deux accès de l'Hôpital.
Après avoir rappelé la création du Groupement de Coopération Sanitaire, il y a deux ans, avec les regroupements de services, le représentant de FO a insisté sur les efforts consentis par les personnels.
«Des efforts qui font que nous avons la première activité chirurgicale de Saône-et-Loire que l'accueil de nos urgences a été classé bon, et surtout, par des gains d'activités». Et Murat Berberglu : «Dans ces conditions, comment imaginer une liquidation de l'Hôtel-Dieu ?»
Déplorant que le contenu des dossiers de reprise n'ont pas été rendus publiques, le représentant de FO estime qu'il aurait été souhaitable que la Croix Rouge présente un projet de reprise, à côté de celui de Monsieur Métais.
«Mais l'ARS a souhaité un projet unique. Notamment parce que Monsieur Métais a refusé de travailler avec la Croix Rouge ce qui l'a amenée à jeter l'éponge».
FO considérant le nouveau projet, annonce qu'il se traduira au minimum par 150 suppressions d'emplois sur Le Creusot, mais aussi par la suppression du site Harfleur. «Et pourtant, Madame Cavalier nous avait parlé de projet équitable. Qu'en est-il aujourd'hui ? La vérité c'est que Monsieur Métais s'est appuyé sur la Coalition pour faire partir la Croix Rouge !»
A côté de cela, Murat Berberoglu s'étonne de voir des créations de postes sur le site de Montceau, «dont un poste de gestionnaire de flux qui n'existait pas jusqu'à maintenant».
Le syndicaliste a encore dénoncé les messages dans les services invitant les personnels à ne pas prendre part à la manifestation initiée par FO.
«Et pourtant les autres syndicats savent les menaces qui pèsent. Ils savent que Monsieur Métais veut utiliser l'Hôtel-Dieu du Creusot comme variable d'ajustement».
Face à cela FO prône pour d'autres solutions en proposant notamment un «redressement avec continuation d'activités. Pour cela, il faut pouvoir étaler la dette sur dix ans. Et comme le principal créancier est l'Etat, qui a provoqué nos difficultés financières avec la T2A, nous demandons que l'Etat prenne en charge 50% de la dette», a-t-il lancé. Et de poursuivre : «On ne veut pas laisser partir Harfleur, on veut travailler dans la coopération».
Enfin, considérant les annonces faites par le Député Jean-Paul Anciaux qui a annoncé le maintien des urgences et du SMUR, Murat Berberoglu a lancé : «Il est facile de monter à Paris avec quatre médecins amis et de revenir avec les lauriers de la gloire sur le maintien des urgences et du SMUR. Mais nous demandons, nous Force Ouvrière, à ce que Monsieur Anciaux nous organise maintenant une rencontre avec Monsieur Xavier Bertrand. Le Député montrera ainsi qu'il est aux côtés des salariés de l'Hôtel-Dieu».

photos et article : www.Creusot-info.com

Sunday the 17th. Copyright © 2008-2015 www.fo-hotel-dieu.eg2.fr - Tous droits réservés - mur@ton . Joomla 3.0 Template.