Articles

Pourquoi Force Ouvrière n’a pas appelé à la grève le 11 octobre dernier ?

Imprimer
Catégorie : Publication/Tract
Créé le vendredi 14 octobre 2011

logo foParce que Force Ouvrière n’est pas d’accord avec l’intersyndicale dont vous trouverez ci-dessous un extrait du communiqué du 18 août 2011.

Parce que ce n’est pas le rôle d’un syndicat de « maitriser les déficits publics » et de « réduire la dette » !

 Le rôle d’un syndicat est de défendre des intérêts collectifs (hausse des salaires, meilleures conditions de travail, baisse du temps de travail, lutte contre le licenciement…) des salariés du secteur public et du secteur privé et non pas d’être « partenaire » des organisations politiques, quelles qu’elles soient.

Force Ouvrière refuse d’accompagner la politique qui vise à détruire nos hôpitaux.

Force Ouvrière refuse les grèves à répétition qui ne servent à rien.

Extrait du communiqué de l’intersyndicale CFDT, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA
Paris, le jeudi 18 août 2011
"...Pour l’intersyndicale, des réponses nouvelles priorisant l’emploi, la cohésion sociale (protection sociale, services publics,…), la réduction des inégalités (une autre répartition des richesses, le pouvoir d’achat, une autre fiscalité), la maîtrise des déficits publics sont urgentes. L’intersyndicale, réunie ce jour, demande la tenue d’une véritable concertation sociale avec le gouvernement et le patronat pour examiner les mesures à prendre pour soutenir la croissance, soutenir l’emploi et réduire la dette tout en garantissant la cohésion sociale..."

 

COMBATTRE TOUTE AUSTÉRITÉ, QU’ELLE SOIT DE DROITE, DE GAUCHE OU SYNDICALE
Voilà la position de Force Ouvrière : Nous resterons ce que nous sommes, un syndicat, mais nous ne tairons pas nos analyses et nos revendications. Libre, indépendant et fier de l’être !

 

 

ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 14 SEPTEMBRE 2011
L'Éditorial de Jean-Claude MAILLY
COMBATTRE TOUTE AUSTÉRITÉ, QU’ELLE SOIT DE DROITE, DE GAUCHE OU SYNDICALE


Refusant les termes de rigueur ou d’austérité (campagne électorale oblige), le gouvernement fait passer au Parlement son « plan anti déficit » pour 2011. De fait, la mise en place de l’austérité ne remonte pas au 24 août 2011, date des annonces du Premier ministre, mais est en marche depuis plusieurs années, en particulier avec la Révision générale des politiques publiques (RGPP) et son pendant à l’hôpital, la loi Hôpital, patients, santé, territoires (HPST). Tant la RGPP que la loi HPST, ont été décidées au départ pour des raisons idéologiques, au nom du libéralisme économique.

Nous en connaissons toutes les « chansons », du type : il y a trop de fonctionnaires, l’État ne peut pas tout faire, le privé gère mieux que le public, les usagers-citoyens sont des clients, etc.

Dans les faits, il faut surtout diminuer les dépenses publiques pour diminuer dans le même temps la fiscalité sur les plus aisés et les grandes entreprises. Ce qui est le cas en France depuis plusieurs années. On est ainsi en pleine logique de dumping fiscal et social, le tout au nom du dieu marché. C’est aussi dans ce contexte que s’inscrivent les politiques d’austérité menées à des degrés divers dans nombre de pays actuellement, et particulièrement en Europe. C’est bien, comme nous ne cessons de l’expliquer depuis plusieurs années, une crise importante du système capitaliste avec une exacerbation des contradictions dont on ne sortira, a minima, qu’en rétablissant de la réglementation à tous les niveaux. C’est bien pour toutes ces raisons qu’il nous faut combattre toute austérité, et pour me faire comprendre, qu’elle soit de droite, de gauche ou syndicale ! Bien entendu, il ne s’agit en aucun cas (faut-il le préciser ?) de prendre position dans la campagne politique présidentielle.

Nous resterons ce que nous sommes, un syndicat, mais nous ne tairons pas nos analyses et nos revendications. Combattre l’austérité, c’est militer pour l’augmentation des salaires, pour une grande réforme fiscale, pour la préservation des services publics et des régimes sociaux, pour que les politiques publiques reprennent le pas sur les marchés, y compris dans le domaine industriel. C’est aussi militer contre le dogme de la réduction des déficits et tordre le cou à l’idée fausse et démagogique selon laquelle le budget d’un État c’est comme le budget d’un ménage !

Les faits montrent que nos analyses sont les bonnes, alors nous allons continuer à expliquer, revendiquer et construire le rapport de force.

 

Friday the 15th. Copyright © 2008-2015 www.fo-hotel-dieu.eg2.fr - Tous droits réservés - mur@ton . Joomla 3.0 Template.