Articles

DEBRAYAGE à la Fondation Hôtel-Dieu Le Creusot le 10 décembre 2013

Imprimer
Catégorie : H.D. Le Creusot
Créé le mardi 10 décembre 2013

burn outA l'appel des organisations syndicales FO, CGT, CFDT et CFE, plus de 150 hospitaliers ont débrayé ce mardi 10 décembre à 14 h  pour manifester leur mécontentement. Ci dessous les photos de FO, Creusot-infos et montceau news ainsi que  le discours de FO.

 

 

Les Organisations syndicales  FO, CGT, CFDT et CFE-CGC vous remercient d’avoir débrayé ce mardi 10 décembre pour manifester votre mécontentement !

Soumis à des restrictions budgétaires depuis de longues années et au plan de continuation depuis plus d’un an, l’accélération et l’accroissement des déficits ont conduit notre établissement :

• à réduire les effectifs avec le plan social et ses 8o postes supprimés (ETP),
• à supprimer des services et donc des lits
• à augmenter les temps et plages de présence en dénonçant les usages et supprimer des jours de repos
• à accroître la flexibilité ce qui se traduit par des rappels sur les repos de plus en plus fréquents, difficultés accrues pour l’octroi des congés, augmentations du nombre d’heures supplémentaires, non respect des cycles de travail, difficultés voire impossibilités de remplacer les absences, organisations à flux tendu, etc… 
Autrement dit, bien souvent l’organisation de travail vire à la désorganisation.

 

La dégradation des conditions de travail s’aggrave constamment et les personnels souffrent de plus en plus : Surmenage, stress, épuisement professionnel ou burn-out, problèmes physiques et psychiques divers… : les conséquences d’un travail qui a évolué rapidement dans le sens contraire des valeurs des soignants que nous sommes. Comment prendre le temps alors que le travail s’alourdit ? Tout doit aller très vite, les patients sont devenus des usagers, les durées de séjour doivent être les plus courtes possibles sinon l’hôpital perd de l’argent. Tout doit être « tracé » et réalisé selon le protocole qui vient souvent d’en haut et auquel le réel du patient échappe toujours. Les agents n’ont plus le temps de parler, de se parler, de parler de leur travail dans un temps « institutionnel ».

Comment construire une relation d’aide et pratiquer l’écoute active avec quelque vingt malades le téléphone dans la poche, les dossiers à remplir, les sonnettes, la commande de pharmacie à faire, les pleins des armoires, les bons de radios, de labos, d’ambulances, la visite des médecins, le secrétariat? Ça semble beaucoup ? Non ! C’est le travail quotidien. Mais comment finir à l’heure dans ces conditions ? 

Pour certains c’est encore pire ! ils ne savent même pas ou ils seront dans 1 mois ! je veux parler des agents mis à disposition creusotin et montcellien tel que les agents de l’IRM, les sages femmes, les auxiliaire puer, les infirmières, les secrétaires… 

Et pourtant c’est le lot quotidien de bcp d’agents de la FHD! La direction est alertée par le CHSCT mais elle ne fait rien ! L’inspecteur du travail a demandé une mise en demeure mais toujours rien ! Et les alertes de la médecine du travail sont restées vains !

Notre direction est sourde à nos revendications et n’entend que les objectifs comptables de l’ARS.

 

En parlant de comptabilité ! Lors du dernier CE le 5 décembre 2013, La direction a été incapable d’expliquer comment on est passé de 4 millions € à 800 000 € de déficit prévisionnel ! on a bien compris que l’on avait 2.5 millions d’aide : pour les charges différentielles et une aide exceptionnelle ! mais pour le reste c’est mystère !?


En tout état de cause, ca va mieux mais la direction dénonce tout : même des mesures qui risque de mettre en difficulté certains agents lorsqu‘ils seront en arrêt maladie : la subrogation des indemnités journalières à la CPAM permettait aux agents d’avoir un salaire complet moins les jours de carence à la fin de chaque mois ! et demain ce même agent devra attendre son remboursement par la CPAM, ce qui pourra le mettre dans l’embarras en cas de crédits, factures et autres à payer ! cette mesure apporte 0 EURO à notre direction ! 

Et bizarrement, elle avoue qu’elle ne pourra pas appliquer les recommandations patronales de notre convention collective de la même manière pour l’ensemble des salariés. Elle fera la différence entre les cadres et les non-cadres : N’est-ce pas de la discrimination ?

Concernant les recommandations patronales de notre Convention, beaucoup d’établissement ont signé des accords justement pour éviter ce type de dérive ! le CH de Montceau en est un exemple !

Mais la direction et l’ARS ont tort ! Ils ont tort pour plusieurs raisons qui conduisent à la même conséquence. D’abord la qualité des soins à la population du bassin minier Le Creusot montceau ne peut pas être garantie sans améliorer la qualité des conditions de travail. (Selon la Haute Autorité de Santé) Ensuite, parce que si la solution collective aux revendications posées ne trouve pas de réponses, ce sont les replis individuels qui s’imposeront. Arrêts de travail pour raisons de santé, absentéisme, désinvestissement dans le travail, etc. et donc, une dégradation continue de la qualité des soins. Dans les deux cas ce sont les patients hospitalisés qui seront les victimes directes du désinvestissement du gouvernement, du ministère, de l’ARS et du directeur, d’accord pour sacrifier la qualité de l’hôpital de service public sur le bûcher des contraintes qu’ils organisent.

Les efforts ont en fait ! On n’arrête pas d’en faire ! Mais l’effort doit être partagé, juste, équitable et honnête !

Voila pourquoi aujourd’hui, nous réclamons un véritable dialogue, de véritable négociation

Nous appelons les élus à résister à l’austérité imposée par la T2A et construire un hôpital de qualité et de proximité pour les habitants bassin le Creusot-Montceau.

Thursday the 19th. Copyright © 2008-2015 www.fo-hotel-dieu.eg2.fr - Tous droits réservés - mur@ton . Joomla 3.0 Template.